La sophrologie pour le deuil

Définition:

Du latin « delere » qui veut dire « douleur », le deuil est un moment douloureux, ou l’on doit s’adapter au manque, à l’absence.

Il n’est pas réservé aux décès, mais consécutif à toutes pertes, avec une intensité variable ( déménagement, rupture, séparation, départ en retraite, espoir déçu…)

Chaque fois nous traversons les mêmes étapes:

  • le choc
  • le déni, la sidération
  • la colère
  • le marchandage
  • la tristesse ou la dépression
  • la restructuration

Toutes plus ou moins longues, intenses et douloureuses, accompagnées de signes physiques, de souffrance psychologiques.

Chaque étape est importante et structurante pour la suivante.

Parfois nous restons bloquée sur l’une d’elle des jours, des années…

La sophrologie en nous ramenant à « la conscience en harmonie » à travers différents exercices, nous permet non pas, de sauter ces étapes mais de les traverser, plus solidement, en utilisant nos ressources intérieurs.

Ce qui fait la différence avec d’autres pratiques, c’est que les difficultés de la personne endeuillée seront prise en compte sur tous les plans; physique, émotionnel, mental, voir spirituel…

Et la sophrologie dans tout ça?

Elle permet:

  • la relaxation (redonne un cadre de confiance et sécurité, aide l’immunité à remonter, mieux traverser les émotions…)
  • par des exercices sensoriel d’apaiser les idées obsédantes
  • par des respirations amples, lentes;  gérer les émotions
  • un travail d’enracinement, pour ne pas perdre pieds
  • de reprendre contact avec son corps (permet de se sentir exister)
  • de décharger la colère

La sophrologie implique la personne dans la reconquête de la vie, elle restaure sur tous les plans; physique, énergétique, émotionnel, mental, spirituel…

 

Les commentaires sont fermés.